The Web-site of design Company Chelyabenergoproekt in English   English
Maison Écrire le courrier Carte
Die Web-seite der Projektorganisation Tscheljabenergoprojekt in Deutsch   Deutsch




       

Projets de maîtrise intellectuelle!
Nos Nouvelles
22.12.2016 Bonne année!
Bonne année! Administration ...
30.12.2015 Bonne année!
Bonne année! Administration ...
21.12.2015 Energie heureux!
Energie heureux! Administration ...



Nouvelles CAD
Caractéristiques de l'application de normes nationales pour l'enregistrement de la documentation du projet et la norme ISO 9001:2000 dans l'organisme de conception
Votre organisation se conformer aux normes pour la conception de la documentation du projet? Sur cette question, de nombreux employés n'ont pas hésité à répondre à cette question, bien sûr, se conformer. En fait, tout ici n'est pas si simple.                        

D'abord il est nécessaire de comprendre, quoi demande les standards. Une principale tâche des standards consiste en support de l'uniformité et la coopération pour que la documentation de projets puissent lire les clients et les interprètes, en outre aujourd'hui cela permet d'automatiser la partie des travaux avec la documentation de projets préparée par de différentes organisations. C'est-à-dire notamment pour que la documentation soit accomplie uniformément. Pour qu'elle soit claire pour d'autres gens, et on élabore les standards de la présentation DPD (la documentation proektno-de devis). On met en réalité ici le principe de l'opportunité.

Ainsi, il se trouve que les exigences des standards sont secondaires, mais primaire sont une opportunité, lisibilité et l'uniformité.

Si examiner le travail des entreprises, pratiquement sur chacun d'eux dans la pratique de projets il a lieu l'application excédentaire des standards, ainsi que leur absence.

Nous examinerons lapplication excédentaire des standards.

Les exigences de la plupart des normes d'État, réglementant la présentation DPD, étaient élaborées à l'époque où les plans étaient accomplis principalement sur le papier de Whatman et sur aucune leur exécution dans les systèmes du système de CAO au niveau moderne il n'y avait pas paroles. C'est pourquoi la norme d'État décidait bien les tâches du support de l'uniformité et l'opportunité (esprit pratique) dans la limite de la présentation de main de la documentation:
- Pour lisibilité et les uniformités de tout DPD on réglementait une police;
- La structure des tableaux était faite pour que l'on pouvait à la main facilement inscrire l'information;
- Les bordures étaient le moyen confortable pour l'orientation, où il faut finir d'écrire le texte.

L'application du système de CAO dans la racine a changé la technique de l'exécution des plans. Si plus tôt la norme d'État sur la présentation de la documentation satisfaisait aux exigences primaires: à l'opportunité et l'uniformité (esprit pratique), cela, n'ayant pas ajusté en temps voulu l'exigence, il, au contraire, est devenu l'adversaire des positions données et en conséquence par le frein vers le développement.

Parfois il y a une telle situation: en suivant aveuglément les exigences de la norme d'État, nous venons à ce que l'on viole les exigences primaires: l'opportunité et l'uniformité, pour quoi la norme d'État était élaborée.

Il faut remarquer que dans certaines organisations au lieu des polices vectorielles AutoCAD à l'exécution de la documentation graphique on utilise les polices linéaires les polices standard du Windows. L'argumentation du choix d'une telle police est amenée pas trop convaincant: se regarde ainsi d'une plus belle manière, et les lettres résultent plus gros. L'approche semblable dans la racine est erronée: l'application des polices linéaires ralentit fortement le travail dans le programme même au plan insignifiant selon la saturation l'ordinateur travaillera longtemps l'information, en effet, il lui faut compter le contour de chaque lettre et inonder les domaines correspondants. Mais que s'il faut travailler sur le plan complexe ? On peut diriger l'épaisseur des lettres est beau, en utilisant les polices vectorielles.

Nous examinerons les problèmes apparaissant à la formation des spécifications commandées.

La hauteur Fixée de la ligne. À la norme d'État 21.110-95 on amène la forme de la spécification commandée et est indiqué que la hauteur de la ligne doit être 8 min. Bien que directement dans le texte ne soit nulle part dit que les lignes doivent avoir la hauteur identique, le tableau est ligné dans l'intervalle identique. C'est pourquoi dans l'immense majorité les organisations on accepte l'enregistrement suivant: si l'information ne se place pas dans les limites d'une ligne, elle est transférée à la cellule suivante (voir le dessin).

Quand le document est rempli par le moyen de main, c'est tout à fait logique. Mais il suffit de commencer à l'élaboration de la documentation utiliser la programmerie, l'affaire accepte un tout à fait autre chiffre d'affaires:
- Toutes les programmeries (Word, l'Excel, AutoCAD etc.) au fonctionnement des tableaux, si l'information ne se place pas sur une ligne, transfère la portion de l'information sur une autre ligne, mais dans la limite d'une cellule! Et en outre il y a cela automatiquement!
- Si la portion de l'information est séparée par la ligne non vide, mais par le soulignement, c'est beaucoup plus confortable pour la lecture. L'oeil distingue mieux l'information se rapportant à un élément, si elle est séparée de l'autre par la ligne et se place dans les limites d'une ligne. En outre dans ce cas le tableau prend moins d'espace.

À l'élaboration de la documentation à la main la variante de l'orthographe du texte dans une cellule (voir le dessin) n'était pas technologique, mais pour le moment cette méthode est considérablement plus rationnelle.

Que le projeteur fait ? Il inscrit l'information dans la cellule, en traquant, si elle se place dans la limite d'une ligne. Si elle ne se place pas, passe à une autre cellule et continue à décrire l'objet. Si maintenant il faut corriger l'enregistrement, en cas de l'augmentation du montant le projeteur est obligé d'ajouter la ligne vide et à la main réaliser le transport du texte. Il est encore plus mauvais, si on produit l'élaboration des programmes supplémentaires pour l'automatisation du procès donné.

Comme vous le voyez, il se trouve le volume supplémentaire du travail à la main (si ne sont pas élaborés les programmes supplémentaires) ou le volume supplémentaire du travail inutile (si se réalise l'élaboration spécialisé la programmerie, installant l'information selon la norme d'État), bien que de base la programmerie (Word, l'Excel, AutoCAD) il est capable de formater depuis longtemps l'information dans la limite d'une cellule. Pourquoi et ne pas entrer ?!

L'aspect donné concerne non seulement les projeteurs, mais aussi les architectes des programmes formant de divers rapports.

Les Bordures et les clichés dans la documentation de test. Si plus tôt la bordure était rationnelle et servait particulièrement pour le travail des marges du texte, maintenant à l'élaboration de la documentation par les moyens du système de traitement de textes (à 90% des cas c'est le Microsoft Word) les marges du texte sont données sans application de la bordure. La bordure sert seulement de l'élément supplémentaire décoratif, elle ne limite pas le domaine du texte! Par contre son application amène au bornage de l'utilisation des possibilités du programme, demande les dépenses supplémentaires injustifiées selon la formation du document, ainsi que selon l'élimination des incorrections apparaissant (par exemple, il y a souvent une situation qu'a déménagé la bordure ou il est nécessaire d'aligner la marge du tableau conformément à la bordure etc.).

Apparaît la question naturelle: mais pourquoi la bordure est nécessaire ? Peut être, il est rationnel de la laisser seulement sur la première feuille ? L'information sur les numéros des feuilles et la marque du plan est nécessaire, mais on peut la prescrire dans les titres de colonne (que non dans l'aspect habituel, mais elle assistera). Quant au cliché du changement, les documents dans l'aspect électronique sont remplacés d'habitude entièrement et la nécessité d'une telle information se détache. Oui, c'est le moyen inaccoutumé, mais, se détachent beaucoup de problèmes!

Notamment à cause de la nécessité imaginaire de l'existence de la bordure et les clichés (de ceux-ci on pourrait remplacer par l'information dans le titre de colonne) on utilise rarement la programmerie du Microsoft de l'Excel, bien que notamment de lui, et non le système de traitement de textes il fallait appliquer pour la formation des spécifications et d'autres rapports tabulaires.

Pourquoi pour la formation des spécifications ne pas utiliser le DBMS, par exemple Access ? Le fait est que si la spécification est formée par les moyens Access, correcte de celle-ci conformément aux conditions de la conception (a changé le cliché, il faut achever d'écrire le mot manquant, enfoncer l'information supplémentaire etc.) il est pratiquement impossible. Plus exactement, c'est possible, mais dans un tel cas il faut contenir les programmeurs, qui aideraient constamment les projeteurs.

Lors de la présentation de la documentation de projets les projeteurs s'orientent d'habitude vers le service contrôle normatif, qui travaille selon le principe ainsi nous faisions toujours ou : selon à la norme d'État. Mais si suivre la logique donnée, comme nous vivions sans téléphones, et nous continuerons à vivre sans eux. Mais en effet, la situation change, les moyens de la conception se perfectionnent, c'est pourquoi le changement des standards de l'entreprise doit entrer dans les tâches du service contrôle normatif pour que réaliser le travail plus effectif.

Pour que le document corresponde entièrement à la norme d'État, il faut perdre un certain temps sur d'enregistrement du document. Seulement voici le loisir chez les projeteurs il n'arrive pas. Mais quel sens sera d'un tel travail ? De pratiquement aucun! C'est-à-dire le projeteur accomplit ce travail uniquement parce que il faut ainsi. Mais l'entreprise paie l'exécution de ce travail vide. Si ainsi non mieux ces forces à diriger sur les études plus utiles: la formation continue, le travail avec la documentation ou plus d'étude approfondie des programmes ?

Certes, la documentation ne doit pas être régularisée tant bien que mal, mais pourquoi accomplir le travail en vain ?

Nous examinerons quelques situations, quand les standards manquent.

la Présentation des spécifications. Si comparer les spécifications commandées formées par de différentes organisations de projets, selon la présentation ils se distingueront, bien que chaque entreprise déclare que sa documentation de projets correspond à la norme d'État. La présentation est considérée les bordures non diverses, les clichés et les polices, mais la distribution de l'information selon les colonnes, amène les titres des paragraphes, l'ordre de la sortie des paragraphes etc. Toute cela à ce qu'il est impossible de former l'oscillateur commun des rapports, qui satisferait à toutes les organisations, il faut adapter sous chaque organisation le rapport, qui, apparemment, est standard et est réglementé par la norme d'État.

À l'ajustement des rapports et la formation du BD des éléments beaucoup de problèmes créent pas de normalisation des normes d'État: où le document s'écrit dans le trait d'union, où dans l'espace vide, mais où ne s'écrit pas du tout au plan de la formation automatique des spécifications les normes d'État ne sont pas formalisées en réalité.

Si comparer les spécifications commandées même dans la limite d'une entreprise, mais formé par de différentes subdivisions structurales, ils, probablement, se distingueront au plan de la présentation. Dans ma pratique il y avait un tel cas: à une entreprise le service A a introduit un étiquetage de l'armature (v1 30s41ng, v2 un autre type etc.), mais le service B, qui accomplit le même travail, utilisait l'autre. C'est la question totale de la standardisation du travail dans la limite d'une entreprise.

Nous examinerons les standards de l'exécution de la documentation dans l'aspect électronique.

Mais comment on accomplit la documentation dans l'aspect électronique ? Voici vraiment où on demande la standardisation univoque dans la limite de l'entreprise, mais il vaut mieux dans la limite de la branche!

Quand l'échange d'information va sur la cartonette, le facteur principal est la possibilité de l'interprétation compétente de l'information, qui se réalise par l'observation des standards (normes d'État) sur la présentation de la documentation. Mais on ne peut pas se servir des plans sur les cartonettes pratiquement les dessinent à nouveau de nouveau (de construction cause réelle, les équipements de fabrication etc.).

À l'exécution de la documentation dans l'aspect électronique la situation change foncièrement. Premièrement, ça vaut la peine de noter que le projeteur travaille notamment avec le document électronique et notamment le fichier, et non le plan sur le papier devient pour lui l'objet principal ouvrier. Deuxièmement, pour l'exécution de la documentation dans l'aspect électronique, on peut éviter l'introduction d'information réitérée, en accomplissant son copiage qu'économise la quantité considérable de temps. Cependant apparaissent ici certains problèmes. Pour copier ou dessiner à nouveau le plan sur la cartonette, d'aucunes exigences spéciales au document initial n'est pas présenté. La documentation dans l'aspect électronique est accomplie à correspondant à la programmerie, et même une telle action simple, comme le copiage de l'information dans la limite d'un programme, peut provoquer les difficultés.



À titre de l'exemple le plus simple nous examinerons le cas du copiage de l'information de texte (par exemple, la note explicative, la note de service, la spécification etc) d'un document Word à l'autre. Il arrive souvent qu'après le copiage le texte, qui dans le document initial avait l'air correctement, commence à partir, la distance entre les lignes nage.

Finalement le projeteur perd le temps supplémentaire, mais souvent et les nerfs sur la réduction de l'information vers l'aspect demandé. La raison de cela sont de divers standards (les standards se rapportant notamment au programme, c'est-à-dire les caractéristiques des styles du texte etc), utilisé aux documents initiaux et de but.



À l'exécution de la documentation graphique, par exemple, dans le milieu d'AutoCAD la situation est encore plus complexe. Que nous ayons deux plans Mais et et il est nécessaire de copier la partie de l'information du plan Mais au plan d, la tâche très simple, sur la décision de qui doit partir pas plus de minute. Mais pratiquement il se trouve souvent que non tout est simple ainsi. Il est particulièrement difficile de comprendre les complexités apparaissant aux collaborateurs travaillant seulement avec les documents en papier (sur le papier de quoi il est plus facile tu coupes (ou tu copies) et tu colles sur l'espace).

Ainsi, même à l'utilisation de l'opération la plus simple du copiage de l'information il faut que les documents satisfassent au standard commun de l'exécution de la documentation dans l'aspect électronique. Il est nécessaire de souligner que le standard doit décrire non seulement telles positions, comme le contenu du cliché, la distance entre les lignes, mais aussi les ajustements du logiciel, dans qui on élabore la documentation de projets, il doit manier les notions de la programmerie, par exemple réglementer l'ensemble des couches, le moyen du travail de l'épaisseur de la ligne, les styles des montants, l'échelle, dans lequel on accomplit le modèle, le principe de la création des plans, les noms des fichiers, les noms des modèles etc.

En perfectionnant les technologies de la conception avec l'utilisation du système de CAO, on peut remarquer que le copiage simple de l'information possède le manque essentiel: au changement de la documentation de projets (par exemple, a changé de construction cause réelle) il est nécessaire de nouveau d'insérer l'information auparavant copiée. Pour son élimination à AutoCAD on introduisait un très puissant mécanisme des fichiers de renvoi, qui permet:
- garantir l'identité, par exemple, de construction cause réelle dans tous les paragraphes du projet produit;
- facilite le procès de la vérification de la documentation sur les collisions;
- permet aux sous-traitants en temps voulu de refléter les changements;
- réaliser la conception parallèle;
- organiser la conception complexe avec la transmission de part en part de l'information graphique dans le cadre de la 2D-conception dans le milieu d'AutoCAD sans programmes spéciaux.

Pour faire participer le mécanisme donné, on demande la conformité précise de la documentation élaborée aux standards. Dans le cas contraire on ne réussira pas à exploiter le mécanisme semblable.

Nous examinerons laspect de la question d'organisation.

Nous examinerons laspect de la question technique.

À partir d'AutoCAD 2002 vérification des standards se réalise par la méthode de la comparaison avec le fichier des standards AutoCAD. Le moyen donné permet facilement d'adapter les vérifications demandées, mais a le manque essentiel les règles limitées de la vérification. Par ce moyen il est impossible de contrôler, par exemple, la présence des ordures en dehors de la bordure de format du plan, la présence de la bordure la plus de format du plan (l'analyse sur de divers formats), l'année de l'émission de la documentation etc. Pour le retrait d'un tel bornage est demandée l'approche algorithmique de la vérification des données.

Ainsi, joint vers AutoCAD le moyen ne permet pas de passer la vérification à valeur requise de la documentation de l'aspect graphique de la représentation.

L'introduction des règles communes de l'émission de la documentation ouvrière de projet et d'études (y compris les documents concernant le logicisme) dans le cadre de l'espace commun d'information est la condition impérative pour les entreprises participant au support de tout le cycle de vie des produits.

Nous examinerons le problème de la création et l'introduction du standard de la conception assistée par ordinateur à l'exemple de l'utilisation du logiciel AutoCAD, cependant l'approche donnée peut être réalisée et pour d'autres systèmes de CAO.

Donc, en cours de développement le standard de la conception assistée par ordinateur il est nécessaire de résoudre les problèmes suivants fondamentaux:
1. La définition des éléments du plan étant passible de la standardisation;
2. L'élaboration des principes de la distribution de l'information selon les couches pour l'augmentation de l'efficacité du travail avec les plans;
3. Le choix des méthodes de la standardisation de texte et des taille styles dans le contexte avec les principes de la mise à l'échelle;
4. L'élaboration du standard des représentations standard à la base de l'utilisation des blocs dans les plans conformément aux standards totaux du système de CAO;
5. L'utilisation des fichiers de service (les bibles, les fichiers des standards etc.) à l'introduction des standards du système de CAO;
6. La standardisation des propriétés des objets graphiques AutoCAD dans le cadre du standard de l'entreprise;
7. Le choix des variantes de la mise en fichier du plan, la définition de la stratégie de l'émission de la documentation technique à la création des projets complexes;
8. L'élaboration des principes de base la diversité les informations sur les espaces (les espaces du modèle et l'espace de la feuille);
9. L'automatisation du procès contrôle normatif sur la conformité aux standards du système de CAO; l'élaboration de la méthode de la vérification complète du plan;
10. La correction produit et enregistré électronique de la documentation technique.

Nous envisageons d'éclairer les problèmes de l'émission de la documentation technique à la base des 3D-modèles et les produits spécialisés de programme dans les numéros de magazine suivants. Et pour le moment nous examinerons les variantes de la décision des premiers de six des questions énumérées ci-dessus se rapportant à plus à la mesure vers l'élaboration de la 2D-documentation, ayant baissé les détails séparés techniques.

Nous examinerons les éléments des plans étant passibles de la standardisation.

Nous examinerons la distribution de l'information selon les couches.

Pour la distribution effective de l'information selon les couches l'introduction aux noms des couches des caractères de service que permettra est nécessaire:
- bâtir les structures hiérarchiques des éléments du plan;
- reconnaître et travailler par leurs moyens de programme du CAD-système (il faut prendre en considération de plus que le placement de quelque information sur la couche de service 0 irrationnellement).

Ensuite par le caractère de service, par qui commencent tous les fichiers créés par l'utilisateur et les couches des bibles, est le caractère _ (le soulignement).

L'observation de ces règles les plus simples assure la possibilité de la vérification ultérieure automatique du plan sur la conformité aux standards du système de CAO. Il Reste seulement élaborer les procédures nécessaires et se mettre d'accord sur les règles de leur utilisation.

Nous examinerons les standards des formats.

L'objet sûr de la standardisation sont les formats des feuilles (conformément aux exigences système commun de la documentation de conception). Les bibles des formats comprennent les bordures, les clichés et les épreuves des formes correspondantes. À la création de ces bibles il est nécessaire de minimiser la quantité d'éléments utilisés du plan avant tout tels, comme les couches, les blocs et les styles de texte. En outre il est très désirable de les affirmer dans la mesure de la création des bibles à contrôle normatif les entreprises.

Aspect Graphique de la bible A1_HOR_F33_L1.dxf


Sur le dessin on présente l'exemple de la composition et l'organisation de la bible du format A1 (horizontal, la forme 33, la feuille 1). On peut accomplir le remplissage des clichés et les épreuves d'après le type présenté à un de deux dessins suivants.

Le remplissage des clichés et les épreuves par les moyens de la fenêtre de la Propriété Le remplissage des clichés et les épreuves au moyen du Rédacteur des attributs des blocs



Le parcours des couches de la bible du format A1 avec l'aide du Dispatcher des propriétés des couches La bible sur le dessin contient la couche _F33_L1 _ que signifie: la forme 33, la feuille 1. La couche _VP_ est créée pour le placement de l'information n'étant pas passible de la sortie sur le sceau.
L'objet suivant de la standardisation sont les types des lignes et leur épaisseur. Pour les 2D-plans il est rationnel de coordonner les types appliqués par l'ingénieur des lignes et leur épaisseur avec les noms des couches et la couleur (dans le cadre des structures correspondantes). Dans cet article l'implémentation des standards construite, à la différence des analogues étrangers, sur la base des bibles, et non les programmes est proposée.

Aspect Graphique de la bible des types des lignes La bible des types des lignes (voir le dessin) contient la représentation graphique des types appliqués des lignes et les styles de texte distribués selon la couleur, l'épaisseur et la couche. La représentation graphique est confortable pour l'appropriation aux primitifs des propriétés demandées au moyen de la commande AutoCAD _matchprop.

Les types des lignes, les épaisseurs, la couleur et l'appartenance aux couches (voir le tableau 1 et le dessin). La quantité de couches dépend de la spécificité de l'organisation du travail de l'entreprise.

Le tableau 1
Le Nom de la couche La Couleur de la ligne LÉpaisseur à la sortie sur le sceau Le Type de la ligne
_broken-03_ La Couleur #4 0,3 Continuous
_broken-06_ La Couleur #7 0,6 Continuous
_pointillés-03_ La Couleur #2 0,3 Continuous
_pointillés-06_ La Couleur #8 0,6 Continuous
_dot-dot-03_ La Couleur #1 0,3 Continuous
_dot-dot-06_ La Couleur #11 0,6 Continuous
_couver_ La Couleur #191 0,2 Continuous
_taille_ La Couleur #5 0,3 Continuous
_structures-adjacentes_ La Couleur #132 0,6 Continuous
_soudage_ La Couleur #6 0,3 Continuous
_position_ La Couleur #50 0,3 Continuous
_texte_ La Couleur #30 0,3 Continuous
_mark0_ La Couleur #142 0,3 Continuous

Le Parcours des couches de la bible des types des lignes au moyen du Dispatcher des propriétés des couches Nous examinerons les standards des textes et les montants.

Les standards des textes et les montants sont fondés sur la norme d'État et se réalisent au moyen de la création correspondant de texte et des taille styles (le tableau 2). La bible Mentionnée ci-dessus des types des lignes contient aussi la représentation graphique de texte et des taille styles distribués selon la couleur et la couche.

Le tableau 2. Les styles de texte
Style de texte Titre Destination Caractéristique Nom de la couche
A7 Les Inscriptions des sections, les aspects, les échelles La Police Arial, la compression 1.0, la hauteur 7 _texte_
A5 Les exigences Principales techniques La Police Arial, la compression 1.0, la hauteur 5 _texte_
A3.5_0.8 Les Numéros des positions La Police Arial, la compression 0.8, la hauteur 3,5 _texte_
A3.5 Les Inscriptions des désignations de la soudure, le chiffre et la marque du câble, le numéro des contacts La Police Arial, la Police Arial, la compression 1.0 hauteur 3,5 _texte_
A2.5 L autre texte sur le champ du plan (les montants, la désignation de la soudure, l'inscription sur le champ du plan) La Police Arial, la compression 1.0, la hauteur 2,5 _texte_

La Composition des taille styles En cours de développement la documentation d'études peut modifier en cas de nécessité la nomenclature de texte et des taille styles (par exemple, éloigner le style inutile, ajouter nouveau, changer existant etc.).

Nous examinerons les représentations standard sur le plan.

Il est rationnel de régulariser les bibles des représentations standard et les désignations conventionnelles en forme des blocs dynamiques, la nomenclature de qui dépend en plusieurs cas de la spécificité du produit projeté. Dans le tableau 3 on illustre la composition et l'aspect des bibles de ce type.

Le tableau 3. Les représentations standard
Le Nom du bloc AutoCAD LExplication
Létiquetage le marquage par dessus
Rugosité_Non_spécifié
La soudure
Le tableau des symboles
La rugosité inverse
Nous examinerons lutilisation des fichiers de service.

Pour l'installation des variables systémiques AutoCAD assurant l'utilisation correcte des bibles élaborées, ainsi que pour la création de l'environnement commun d'information de tous les participants de la conception et la construction du produit, à notre avis, il est rationnel d'appliquer les fichiers de paquet comme SCR.

La première étape de l'élaboration des standards est l'enseignement des spécialistes, après (mais souvent et dans le procès) qui se révèlent les particularités du travail des services de projets. On forme finalement les exigences compétentes techniques, et à leur base on élabore le document normatif le Standard de l'entreprise à l'émission de la documentation technique avec l'utilisation du système de CAO. Par sa coordination et l'affirmation s'achève la deuxième étape. La troisième et dernière étape de l'élaboration du standard du système de CAO la préparation de la base technique pour son introduction: la création de l'ensemble nécessaire des fichiers de service, les bibles, les plans d'étalon. Le volume de ce travail dans chaque cas concret est distingué.

Il faut remarquer cependant qu'un principal problème consiste quand même non en émission du système de CAO-standard, mais dans son observation par toutes les subdivisions de l'entreprise. Et la décision du problème donné est dans l'élaboration de l'application appliquée de programme assurant l'observation automatique de la conformité produite électronique de la documentation technique aux exigences du standard de l'entreprise et sa correction interactive. Cela, à notre avis, permettra de faire le procès de l'introduction du standard du système de CAO plus rapide et moins par le douloureux.

Aujourd'hui, non seulement sur la documentation de projets s'imposent les exigences totales des normes d'État (non étrangères), mais aussi l'activité de l'organisation de projets subit l'optimisation en vue de la conformité aux exigences des standards étrangers universels, en particulier, ISO 9001:2000.

Nous examinerons les particularités de l'application du standard ISO 9001:2000 dans les organisations de projets.

Les projeteurs russes à la tenue des ventes par entreprise ou les négociations avec les clients-investisseurs étrangers se heurtent de plus en plus souvent à la situation, quand la condition impérative de la conclusion de l'accord est la présence du système du management de la qualité (SMQ), certifié conformément aux exigences du standard ISO 9001:2000 (la norme d'État R ISO 9001-2001). Dans la Décision du Gouvernement de la Fédération de Russie du 2 février 1998 # 113 Sur certaines mesures dirigées sur le perfectionnement des systèmes du support de la qualité de la production et les services il est recommandé de trouver plus important par la tâche des organismes fédéraux du pouvoir exécutif la réalisation du support des sujets de l'activité économique incorporant les systèmes de la qualité à la base des étalons nationaux d'une série la norme d'État R ISO 9000 aux fins d'augmentation de la compétitivité de la production produite et les services accordés.

Les organisations de projets (OrP) aujourd'hui travaillent sous le contrôle rigide des clients, et pour eux l'implémentation du premier principe du management de la qualité l'orientation vers le consommateur est le moyen de la survie dans les conditions de marché.

En voie de la conclusion de l'accord-podrjada (contrat) les clients-maîtres d'ouvrage demandent aujourd'hui de OrP:
- Élaborer le projet du cahier des charges de projet et tous les documents nécessaires au choix du terrain;
- Présenter à la coordination au nombre de l'accord-podrjada (contrat) le standard selon la composition et la présentation de la documentation de projets, y compris le règlement des signatures des chefs et les spécialistes OrP;
- Définir dans les conditions spéciales vers l'accord-podrjada (contact) la composition des assortiments de la documentation de projets orientée vers de diverses catégories des utilisateurs (les directions du client-maître d'ouvrage, l'usine du fabricant de l'équipement, l'entrepreneur de construction etc.);
- Présenter simultanément avec l'accord-podrjada (contrat) les accords régularisés dans l'ordre établi d'assurance.

Au stade les élaborations de la documentation de projets OrP est engagée à coordonner avec le client-maître d'ouvrage les décisions principales de projets avant leur étude détaillée et participer à la tenue de l'expertise d'État de la documentation de projets.

Au stade les exécutions des travaux de construction et l'entrée de l'objet à l'exploitation le client-maître d'ouvrage suit que OrP apporte rapidement à la documentation de projets (y compris à l'exemplaire d'archives du client-maître d'ouvrage) les changements conditionnés par le progrès technologique, la correction des normes et les règles sur la conception, la construction et l'exploitation de l'objet, et élaborait la documentation correspondante supplémentaire de projets. Obligatoire à ce stade est la participation OrP dans les commissions ouvrières et d'État de la réception des objets finis par la construction à l'exploitation.

L'expérience de la création à OrP SMQ conformément aux exigences des standards ISO de la série 9000:2000 a montré que pour leur fonctionnement fructueux il est nécessaire non seulement accomplir toutes les exigences du standard, mais aussi prendre en considération les conditions spécifiques et les particularités de l'activité de projets, ainsi que la pratique du travail concret OrP.

À présent plus 300 OrP la Russie ont le certificat sur SMQ ou ont procédé à l'introduction du système donné (pour de différentes estimations dans l'ensemble de construction de la Russie fonctionnent plus de 40 mille organisations de projet et de recherche). Dans la plupart des cas la décision de l'introduction SMQ est acceptée sous la pression des clients selon la construction. L'intérêt du client est clair: il voudrait recevoir la garantie de qualité futur DPD déjà en voie de la conclusion de l'accord-podrjada, ainsi qu'assurer l'augmentation continue de la satisfaction. Par le but de la direction OrP, incorporant SMQ conformément aux exigences du standard ISO 9001:2000 (la norme d'État R ISO 9001-2001), est technologique lordre: La distribution précise des responsabilités et la responsabilité de la qualité des décisions de projets, le support du procès de la conception par les ressources nécessaires, la révélation et l'élimination des raisons des réclamations des clients et les organismes de l'expertise d'État et, par voie de conséquence, l'amélioration continue des paramètres globaux de l'activité de l'organisation. Théoriquement et doit être. Cependant pratiquement le profit réel l'introduction SMQ est senti moins de par moitiés incorporant elle OrP. Les projeteurs eux-mêmes trouvent l'efficacité de l'introduction SMQ bas pour les raisons suivantes:
1) les exigences du standard ne sont pas adaptées à la spécificité de l'activité OrP et on ne prend en considération pas les particularités DPD;
2) la plupart des clients comprennent superficiellement les exigences du standard ISO 9001:2000 et leurs exigences sont contradictoires;
3) il y a pas assez de consultants, qui connaissent professionnellement le travail OrP et peuvent apporter le profit de l'organisation concrète;
4) la direction supérieure OrP ne met pas en relief les ressources nécessaires à l'élaboration et l'introduction SMQ;
5) le directeur général OrP transmet en réalité la direction de ce travail à un des assistants, en expliquant cela à ce qu'il a des plus importantes affaires;
6) les documents SMQ sont achetés (sont copiés) près des organisations de parenté ou leur élaboration est confiée aux consultants invités;
7) les chefs et les spécialistes OrP ne sont pas coupés aux procès de la création SMQ et non intéressé à son introduction etc.

Absolument, l'élimination de ces raisons considérablement pour l'introduction fructueuse SMQ à OrP, cependant dans le cadre de l'article donné nous voulons plus en détail nous arrêter sur la première raison.

Comme on le sait, les standards internationaux sont les standards universels, dans lesquels on unit l'expérience mondiale de la gestion de la qualité. Une telle universalité permet d'appliquer les standards donnés à toute sorte d'activité (par exemple, dans la construction, la conception, l'industrie bancaire, les institutions d'instruction etc.). C'est l'avantage des standards, cependant, à l'application de leurs exigences dans les organisations des divers aspects de l'activité, par exemple, dans la conception, sans original du rattachement ne pas être outrepassé.

Avant d'incorporer SMQ conformément aux exigences des standards ISO de la série 9000, il est nécessaire de révéler les particularités inhérentes à l'activité de projet et de recherche, les adapter aux exigences des standards et seulement après cela procéder à la construction du système effectif harmonieusement en voie de développement.

Nous examinerons ceux-ci les particularités inhérentes à l'activité de projet et de recherche.

Le Contrat d'entreprise consiste sans produits finis, i.e. sans DPD. Puisque les produits finis, OrP doit persuader le client lors du contrat manquent qu'elle pourra accomplir ses exigences définitivement. C'est atteint par voie de les démonstrations au client de l'estimation qualifiée des exigences du contrat possible, ainsi que les procédures établies à l'organisation du contrôle, l'estimation, la vérification, l'analyse, Validation et les coordinations des décisions de projets, ainsi que les possibilités matérielles OrP.

La Possibilité de l'initiation supposé des exigences (supplémentaires) du client (les exigences supposées du client sont considérées telles exigences, qui projeteurs formulent au lieu de le client, en anticipant sa réaction positive aux innovations proposées et un plus haut degré de sa satisfaction). Les exigences établies du client (dans l'accord-podrjada, le travail et les données initiales pour la conception, dans les documents agissant normatifs et techniques) accompliront toutes les organisations pour la définition également: dans les documents normatifs s'établissent les marges inférieures des exigences, i.e. on ne peut pas faire plus mal. Pour l'existence fructueuse sur le marché il est nécessaire de faire quelque chose supplémentaire avec le but d'intéresser le client, le retenir et, ainsi, diminuer les dépenses sur les scrutations des nouveaux clients. La compétitivité de l'entreprise dépend non tant de l'exécution des exigences établies, il est combien de la capacité OrP d'une manière créatrice élargir leur gamme, compter les possibilités mises dans le contrat, anticiper et réaliser les exigences supplémentaires du client au moment de la remise DPD.

L'avantage OrP devant d'autres organisations de construction est que la nomenclature des exigences supplémentaires (dans la limite du prix négocié ferme) est très considérable que permet OrP de former avec le succès le carnet de commandes. Nous remplacerons que l'on assure ainsi l'augmentation de la satisfaction des clients et se réalisent les nouvelles exigences les plus importantes la norme d'État R ISO 9001-2001 (la préface vers la norme d'État R ISO 9001-2001, le paragraphe avant-dernier; le paragraphe 0.2, le premier paragraphe; 1.1 b; 5.2; 6.1 b; 7.2.1 e).

Les exigences supposées peuvent se rapporter vers:
1) la forme de la production de projets (l'octroi au client des maquettes ou le modelage informatique, la transmission au client sur le porteur électronique de la partie du projet, qui au cours de la construction changera souvent (les spécifications sur les documents));
2) l'éloquence architecturale des décisions de projets (par exemple, l'exécution du projet avec le coloris national ou la symbolique, à la façon de l'antiquité, l'avant-garde etc.);
3) l'exécution des obligations contractuelles (l'accélération des délais de l'exécution du contrat, la distribution DPD par parties pour les tours séparés de mise en marche, la tenue gratuite de la surveillance d'auteur);
4) les nouvelles directions de l'activité (la distribution des spécifications commandées, le placement des commandes pour l'équipement, la révision de l'équipement, l'enseignement du personnel du client etc.);
5) l'exécution des exigences supplémentaires des clients formulés en train de la construction, mais sans changement du coût des travaux d'étude;
6) l'exécution des travaux portés par les documents agissant normatifs vers la compétence du client etc.

Ainsi, les exigences supposées du client sont définies à l'intérieur de l'organisation et sont un fort avantage concurrentiel. Mais pour retenir et intéresser ce client, au travail suivant avec lui il sera nécessaire d'inventer les nouvelles exigences supposées. L'algorithme décrit plus haut lance un des mécanismes du perfectionnement continu de l'activité OrP (il est rationnel de conduire à OrP la base de données des exigences supposées, à qui le directeur technique (un principal architecte) le projet pourra s'adresser à l'analyse et la conclusion de l'accord-podrjada).

La Production OrP représente le modèle des futurs fonds fixes, les moyens de leur création et l'exploitation. l'Introduction SMQ doit apporter le profit OrP. L'estimation juste des particularités de la production OrP permet d'assurer notamment dans le cadre du standard non seulement l'exécution du niveau de qualité planifié DPD, mais aussi son augmentation continue. Le standard oblige (p. 7.3.2 la norme d'État R ISO 9001-2001) légaliser l'élaboration et l'introduction des documents les plus importants ayant la relation directe à la qualité DPD, tels, par exemple, comme
- les règles technologiques de la conception;
- les standard selon la composition et le contenu de la documentation de projets;
- les règlements des signatures;
- les exigences à la documentation réglementant le procès de l'exploitation de l'objet construit;
- les listes des données initiales pour la conception, y compris les documents des recherches, la documentation Sous-traitance OrP, les spécifications sur les connexions aux objets de l'alimentation énergétique, la distribution de chaleur, l'approvisionnement en eau, la canalisation etc.;
- les listes des documents normatifs (la norme d'État, normes de construction et les règles, etc.), utilisé à la conception;
- les listes des projets standard obligatoires pour l'application, les noeuds standard et les détails, précoce les décisions élaborées individuelles de projets pour l'application réitérée;
- les listes de l'équipement permis pour l'application, les documents, les produits etc.

Cette proposition a le statut nouveau comme du vieux bien oublié si se rappeler qu'un tel travail était accompli toujours par de principaux spécialistes des services techniques OrP.

Il est naturel que l'élaboration des documents indiqués ci-dessus doit se planifier, ses résultats être contrôlés et être analysés, il faut assigner les ressources nécessaires, y compris le personnel qualifié. Ces documents sont l'objet des changements continus qu'est lié au progrès technologique dans la construction.

La Productivité de l'activité OrP est assurée par les cadres spécifiques. Puisque à OrP la plupart des spécialistes avec l'instruction supérieure (jusqu'à 90%), la quantité de documentation, dans qui font un lapsus les moyens de l'exécution des exigences du standard, peut être beaucoup diminuée. À OrP le nombre jusqu'à 100 personnes élaborer et affirmer bien assez un la Direction sur la qualité dans la composition de qui il y aura une information se rapportant aux procédures obligatoires documentées.

Les documents SMQ définissant la politique dans le domaine de la qualité, doivent, y compris avoir le but former chez le personnel du sentiment de la stabilité, les perspectives claires qu'est particulièrement important pour les collectifs féminins (jusqu'à 80% des spécialistes OrP la femme). Environnement industriel doit contenir les conditions, d'une manière émotionnelle confortable pour les spécialistes: la réalisation des interruptions techniques au fonctionnement de la technique informatique, les horaires souples du travail, la possibilité de laisser sous la surveillance des enfants, l'octroi des feuilles de route sur les bases du repos, la création des conditions pour le repos actif après le travail. En prenant en considération une haute qualification des projeteurs, les décisions administratives assurant l'amélioration continue du procès de la conception, peuvent être acceptés non seulement au niveau de la direction supérieure OrP, mais aussi au niveau de principaux spécialistes et les ingénieurs-projeteurs.

Le facteur Critique pour la qualité DPD est la mise à jour de la documentation normative et technique (DNT). D'après les données de l'agence Fédérale de la construction et l'administration du service public près de 30% des remarques vers OrP à la construction des objets (à la surveillance d'auteur) sont liés à l'utilisation dépassé DNT. Il faut accorder l'attention augmentée à cette question. Il est recommandé de définir la nomenclature de tout DNT, les projets standard, les recueils des noeuds standard et les structures, les manuels de référence, où on cite en exemple les extraits des documents normatifs etc. Il faut spécialement réglementer l'ordre de l'application DNT sur les porteurs électroniques, en vue de que ces documents, en général, n'ont pas le statut officiel. En outre il y a toujours une possibilité d'imprimer les copies DNT de l'écran de l'ordinateur et ainsi créer la banque non pris en considération DNT.

Pour l'acceptation de la décision de projets et le contrôle de sa qualité on demande la qualification identique. À la différence de n'importe quelle autre activité dans la conception pour la tenue du contrôle qualité de la décision de projets une plus haute qualification n'est pas nécessaire, que chez l'interprète de la décision de projets: contrôler la décision de projets en réalité l'accomplira à une deuxième fois. C'est pourquoi à la planification des travaux d'étude rationnellement sur le contrôle réserver pas moins 30% de nécessaire total du travail. La décision de projets, qu'a élaboré, par exemple, l'ingénieur, doit contrôler aussi l'ingénieur. D'ailleurs, cela peut faire et le directeur technique de l'institut, cependant dans cela est absent du rationnel économique. Il faut prendre en considération cette particularité de la conception à la distribution des responsabilités et la responsabilité des projeteurs de la qualité des décisions de projets dans les instructions d'une charge. En outre le spécialiste réalisant le contrôle qualité des décisions de projets, doit être indépendant des chefs et les interprètes prenant ces décisions.

Les normes de la durée de la conception et le coefficient d'engagement du personnel des travaux d'étude Manquent. À cause de l'absence de telles normes à OrP on embarrasse le monitoring du procès de la conception (en particulier, comme du procès créateur) et son amélioration ultérieure. Donc, à OrP il y avoir absolument exister un système du compte réel du travail, sur la base de qui on définit le coefficient d'engagement du personnel. Du projet vers le projet la base donnée sera cumulée et être analysé à propos de l'amélioration du procès de la conception. Par la suite un tel mécanisme permettra correctement de planifier les délais de l'exécution des travaux et le chargement des subdivisions industrielles.

Le Procès de la conception ne s'achève pas au moment de la remise DPD au client, mais se prolonge avant la remise de l'objet construit à l'exploitation. Le fait est que la documentation de projets doit correspondre à toutes les normes agissant et les règles au moment de l'entrée de l'objet construit à l'exploitation. Pour cela les projeteurs doivent traquer tous les changements à DPD, qui apparaissent au cours des travaux de construction, ainsi que les changements de la sphère de la documentation normative. Cette particularité laisse l'empreinte sur la délimitation du procès de la conception, i.e. aux marges indiquées on coupe l'activité des projeteurs pendant l'exécution des travaux de construction.

À la formation de la qualité de la décision de projets on utilise le contrôle, l'estimation, la vérification, l'analyse, Validation et la coordination. Premier quatre actions et la coordination, en général, ne provoquent pas les difficultés pour la compréhension à OrP, bien que, si être juste, les projeteurs présentent une grande variété dans les interprétations de ces actions. Quant à Validation, il faut préciser cette action.

Validation l'indication dans la documentation de projets sur ces décisions de projets, la qualité de qui doit être contrôlée (est estimé) en train de la construction ou l'exploitation de l'objet établi un projet (en général, on indique le rôle des projeteurs à l'implémentation de la décision donnée de projets en train de la construction). La nécessité de la tenue Validation est constatée et à normes de construction et les règles 12-01-2004, mais on utilise de plus une autre terminologie (à normes de construction et les règles 12-01-2004 l'Organisation de la construction (p. 4.4) est donné la représentation suivante sur Validation la Liste des travaux et les structures, les degrés de qualité de qui influencent la sécurité de l'objet et en train de la construction sont passibles de l'estimation de la conformité aux exigences des documents normatifs et les standards étant la base probante de l'observation des exigences des règlements techniques) . Le refus OrP de Validation l'indice du marasme technique avec toutes les conséquences découlant de cela pour la compétitivité de la production de projets sur le marché.

Ainsi, à la rédaction du standard intérieur du travail il faut en premier lieu s'orienter notamment vers les exigences primaires sur l'opportunité et l'uniformité, que même il y a des dérogations à la norme d'État (il ne faut pas aveuglément se tenir aux exigences de la norme d'État). Il se trouve Dans le cas contraire que, en ayant l'avion, nous nous déplaçons sur lui, comme sur l'automobile.

Le rôle considérable dans cette question doit être joué par le service contrôle normatif (mal, dans quelle subdivision structurale elle se trouve, mais le lien avec le service du système de CAO et les projeteurs doit être direct): là, où l'introduction des standards dans l'aspect électronique est nécessaire, ils doivent être introduits, mais là, où ils ont fait son temps déjà, il faut les exclure des standards de l'entreprise. Les standards on ne peut pas une fois élaborer et oublier sur eux. Ils doivent constamment être mis à niveau conformément aux conditions en cours.

Il y a depuis longtemps une question sur l'augmentation de la productivité elle n'augmente pas pratiquement. Mais si perdre le temps sur l'exécution du travail en vain, ne pas utiliser moderne OrP seulement au titre que la documentation de sortie ne satisfait pas à la norme d'État, ne pas standardiser et ne pas organiser le travail dans l'aspect électronique, la productivité n'augmentera pas très longtemps.

Il faut sélectionner aussi que les particularités énumérées ci-dessus de l'activité de projets à l'application du standard ISO à chacun concret OrP peuvent se manifester différemment, et il faut prendre en considération cela à l'élaboration SMQ.


Les sources:
1. Loza A. Normes: Mais qu'est-ce que c'est donc ? (la partie 1)//Système de CAO et le graphique, #9, 2008.  P.50-51 [http://www.sapr.ru/article.aspx?id=19517&iid=902]
2. Loza A. Normes: Mais qu'est-ce que c'est donc ? (la partie 2)//Système de CAO et le graphique, #10, 2008.  P.50-53 [http://www.sapr.ru/article.aspx?id=19640&iid=906]
3. Davidovich A., Platonov U, Rogachev S. etc. Développer une approche normalisée pour la question de la documentation de conception électronique dans un environnement logiciel Autodesk//CADmaster, #2 (37), 2007 [http://www.cadmaster.ru/articles/article_24272.html]
4. Podolsky M.S., Stepchenkov P.G. Caractéristiques de l'application du standard ISO 9001:2000 dans les organisations de projets
L'auteur: // Méthodes de gestion de la qualité. 2006. #5. - P.8-11
La date: 22/07/2009

Les commentaires des spécialistes de :
Non

© –  info@chepr.ru, 2007-2013
DRA.RU - ;  «»
| ||
 / |